Higgins, plateforme pour l’identité numérique

Le 21 février sortait la version 1.0 du framework Higgins.

Longtemps attendue (la revue de création du projet –qui s’appelait alors ETF, Eclipse Trust Framework– a été faite en… avril 2005 !), cette plateforme de gestion de l’identité numérique voit donc enfin le jour !

L’objectif d’Higgins est de faciliter l’intégration des différentes solutions de gestion de l’identité dans un contexte réseau. Cet objectif est double : il s’agit de simplifier la vie de l’utilisateur final (widgets d’authentification homogènes quel que soit le média : RCP, web, …), mais aussi celle du concepteur/développeur d’applications qui est confronté à des problématiques de gestion de l’identité (authentification, profils, …).

Higgins et l’utilisateur finalsxipper_screenshot

L’idée générale est d’amener des mécanismes d’IHM génériques (i.e. indépendants de la plateforme : Web, RCP, …) pour choisir l’identité que l’on veut utiliser dans un contexte donné.
C’est exactement comme dans Sxipper (voir la capture d’écran à droite), pour ceux qui connaissent.

Higgins et le développeur

Du côté du développement, Higgins prévoit d’amener (et amène déjà), les mécanismes nécessaires à l’implantation de la notion d’identité dans une application.
En particulier, HGG (Higgins Global Graph) est le modèle qui a été conçu pour permettre l’intégration et l’unification de données hétérogènes représentant des “identités”. La description d’un mapping données legacy—données “identity” se fait à la mode RDF (Resource Description Framework), et on vient ainsi décrire des liens entre personnes et/ou “entités” (Dupont appartient au département R&D, Dupont connaît Dupond, …).
Higgins doit être vu comme un framework permettant d’implémenter des “identity providers” de manière générique (i.e. sans se lier à une techno. spécifique, du type OpenID, LDAP, ou autre…).

Même si, à mon sens, on n’a encore que peu de visibilité sur ce que sera l’avenir d’Higgins, il suffit de regarder les parties impliquées dans le développement pour se dire qu’il y a de quoi être optimiste : Novell, IBM, Oracle, Google, … 😉
Aussi, et comme souvent dans le monde Eclipse : affaire à suivre !…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *